La répartition filles-garçons dans les études d’enseignant

Posté le 18/12/2019  —  Actualité précédente / suivante

La publication des Indicateurs de l'enseignement 2019 fournit des informations intéressantes sur les inscriptions dans les sections pédagogiques des Hautes Ecoles.

De façon générale, sur les dix dernières années, on constate une augmentation du nombre d'inscrits dans les études d'enseignant. Cette hausse est plus marquée dans les Hautes Ecoles qui forment les futurs professeurs du degré inférieur (AESI) (+16%) que dans les études d'instituteur·rice primaire (+8%), tandis que le bachelier d'instituteur·rice préscolaire connait une baisse de 4%.

En ce qui concerne l'AESI, ces chiffres sont à nuancer puisque 2/3 de la hausse est la conséquence des inscriptions massives dans le cursus "éducation physique", qui est pourtant celui qui est le moins porteur d'emploi. La hausse des inscriptions se confirme, par contre, dans des secteurs plus porteurs comme les sciences, les mathématiques, les langues germaniques ou l'économie familiale et sociale.

L'autre constat intéressant issu des Indicateurs de l'enseignement concerne le biais de genre puisque la plupart des professeurs sont des femmes.

En effet, on constate que 95% des futurs instituteurs préscolaires sont de sexe féminin comme c'est aussi le cas des futurs instituteurs primaires (80%).

Dans l'AESI, les hommes sont désormais majoritaires dans les sciences humaines, les sciences et les technologies mais aussi dans l'éducation physique (81%) alors que 87% des profs d'économie familiale et sociale sont des femmes.

Le Soir, 18 décembre 2019


Ce site est un site d'information belge francophone sur les formations qualifiantes. Lire la charte d'utilisation
 
SIEP.be, Service d'Information sur les Études et les Professions.
Ce site web utilise des cookies à des fins d'analyse ou d'expérience utilisateur. En savoir plus