Une formation en chirurgie humanitaire voit le jour en Belgique

Envoyer par mail Imprimer la page
Posté le 03/11/2017  —  Actualité précédente / suivante

C'est une première en Belgique, trois universités francophones (l'UCL, l'ULB et l'ULiège) s'associent à Médecins Sans Frontières (MSF) pour créer un certificat interuniversitaire en chirurgie humanitaire.

Selon MSF, le besoin de chirurgiens formés à la médecine de guerre est criant et l'organisation internationale peine à trouver des médecins disponibles.

Les obstacles à la participation de chirurgiens aux missions humanitaires sont multiples:

  • le manque de disponibilité : s'éloigner de ses patients pendant six semaines peut être compliqué pour un médecin;
  • le manque de sécurité sur place : les lieux sur lesquels interviennent les équipes médicales ne sont pas toujours sûrs, avec des risques de bombardements ou d'attaques;
  • le manque de compétences: les chirurgiens belges sont souvent hyperspécialisés mais ne sont pas formés à la médecine de guerre, qui nécessite davantage de polyvalence.

Cette nouvelle formation a donc tout son intérêt, d'autant que le secteur humanitaire attire toujours autant les médecins. La première session accueillera trente étudiants à partir du mois de novembre et est déjà complète.

Totalement dispensée en anglais, le certificat interuniversitaire en chirurgie humanitaire comprend une formation en chirurgie de guerre, obstétrique, chirurgie pédiatrique mais comprend aussi des notions de balistique. Elle préparera également les étudiants à pratiquer les soins dans des conditions précaires sans aucune technologie.

Autre intérêt de cette formation: avoir, en Belgique, des médecins spécialisés en chirurgie de guerre, bien utiles dans un contexte terroriste. Les attentats de Paris et de Bruxelles ont en effet mis en évidence le fait que les équipes médicales n'étaient pas préparées ni habituées à faire face à des lésions de guerre telles que celles rencontrées à ces occasions.

Enfin, cette expertise pourrait aussi être utile dans les centres de traumatologie prévus par la ministre de la Santé Maggie De Block.

Le Vif, 3 novembre 2017

 
SIEP.be, Service d'Information sur les Études et les Professions.